Feeds:
Articles
Commentaires

On me demande à la réception de mon école. Je suis intriguée. Ma surprise et mon émotion sont grandes lorsque je vois Sébastien Caron qui vient me remercier pour l’hommage rendu à sa mère, Jacqueline Caron, sur mon blogue. Il s’est déplacé pour venir me rencontrer! Je suis sans mots. Il me remet un souvenir de sa mère. Quelle immense gentillesse! Quel être délicat! Notre accolade chaleureuse nous montre toute l’affection que nous portons l’un pour l’autre.
Je lui promets que je serai encore une fière ambassadrice du message de sa mère.
Quel bonheur de savoir qu’un hommage lui a été rendu à l’Assemblée nationale aujourd’hui!
Il y a des gens qu’on aime pour la vie!

Publicités

« Quand revient septembre aura désormais une toute autre signification pour moi. Cependant, je garde en mémoire un lien particulier avec ma mère dont je suis si fier. » Sébastien Caron

Je l’ai croisé dans quelques écoles car j’étais conseillère pédagogique. J’ai connu un homme engagé, attentif et lumineux. Toujours discret sur ses origines. Son nom de famille aurait pu être lourd à porter dans le monde de l’éducation. Il est pourtant son digne descendant.

Il est devenu mon ami sur Facebook. J’avais accepté son invitation avec bonheur.

C’est ainsi que la nouvelle du décès de sa mère a été confirmée au début de la semaine.

Il a un lien particulier avec moi, une affection si généreuse… Sa mère lui avait suggéré de faire un stage dans ma classe. Pour qu’il puisse avoir une connaissance, des repères, face au public et au privé. Quel honneur! J’en avais été profondément touchée. Elle sentait que j’étais en recherche, que je voulais le meilleur pour mes élèves, que j’étais préoccupée par la gestion participative et par la réponse aux besoins et capacités de mes petits amours.

Je n’ai pas pu le recevoir. J’ai été absente un an et demi… C’est ma suppléante Annie T. qui l’a pris sous son aile. Ils ont formé une équipe du tonnerre.

Chaque fois que je l’ai croisé ensuite, j’ai eu droit à une attention particulière de sa part. Un bonheur!

Mais c’est sa mère que j’ai connue beaucoup plus. Mme Jacqueline Caron. Un monument. Physiquement, moralement. Une dame profondément engagée pour qu’il y ait de la différenciation dans les classes du Québec et de plusieurs pays de la francophonie. Elle nous donnait des formations à Québec, à une époque où elle faisait fréquemment le tour de la province. Elle a ensuite ouvert une centre de ressourcement pour les enseignants, au Bic. Elle a poursuivi sa route en Europe. Elle a écrit 4 livres sur la différenciation. Puis, elle a choisi de rejoindre les enseignants grâce à l’écriture d’une trilogie de romans réalité comme elle les a appelés. J’ai eu le bonheur de lire les deux premiers tomes cet été, après en avoir entendu parler lors de son lancement cet hiver, dans une salle de sa résidence de Québec. Elle racontait l’histoire de sa famille, entremêlée de celle de l’éducation. Sa plume généreuse au verbe facile m’a conquise une fois de plus. J’ai reconnu bien des histoires qu’elle m’avait racontée sur la terrasse ou au salon de sa belle maison du Bic. Elle disait vouloir laisser un héritage à ses petits-enfants. Elle leur avait d’ailleurs demandé de se choisir un prénom pour le troisième tome qu’elle n’aura pas eu le temps d’écrire. Ils y seraient apparus étant donné que ç’aurait été sur la 3e partie de sa vie. J’aurais tant aimé lire son histoire comme directrice, comme consultante et comme grand-maman.

Aujourd’hui, secouée par la nouvelle de son décès, je lui rends hommage. C’est l’une des personnes qui m’ont le plus influencée dans ma carrière. En aout, je lui avais tendu une perche pour qu’elle m’accompagne comme mentor dans mon nouveau rôle de directrice adjointe. Je n’avais pas eu de nouvelles, ce qui m’intriguait. Je comprends qu’elle n’était pas bien. Je voulais me coller à sa droiture, à sa détermination. Pas de dentelle dans ses propos sur l’éducation. Le temps l’a rendue encore plus sure d’elle. Elle savait séparer le grain de l’ivraie. C’est ce que je voulais.

Je garderai donc l’image d’une grande femme qui a fait tout ce qui était en son pouvoir pour transformer le lent monde de l’enseignement. Ses racines familiales, particulièrement la vie différente de sa soeur handicapée, lui avaient donné la mission de faire en sorte que chaque élève développe son potentiel. La réforme, à l’époque, était venue confirmer ce qu’elle avançait. Le paradigme de l’apprentissage passait devant le paradigme de l’enseignement.

Je suis devenue moi, femme, mère et pédagogue, engagée et attentive aux besoins des enfants parce qu’elle m’a insufflée cette forte dose de la responsabilisation, de la gestion participative et de la différenciation. Je ne serais pas la même personne sans elle.

J’avais l’illusion qu’elle serait toujours là, derrière mon épaule, inspirante. Je n’ai plus l’illusion. J’en ai la certitude.

Merci Mme Jacqueline! Merci…

Classe inversée

Je vous partage une ressource afin de pousser votre réflexion un peu plus loin face à la classe inversée: http://prezi.com/ndihbcdte8q4/?utm_campaign=share&utm_medium=copy&rc=ex0share

Il s’agit d’un prezi présenté aujourd’hui par Dominic Gagné lors du Rendez-vous virtuel du RÉCIT.

Vous pouvez aussi aller fureter de ce côté: http://recit.csdps.qc.ca/recit/spip.php?rubrique165http://

Le but de ce partage est de vous inviter à cheminer avec moi. J’aimerais aussi ajouter la partie que je vois très peu: quand utiliser le principe de classe inversée dans la séquence d’enseignement?

Pour les professionnelles à la pédagogie au primaire que je rencontrerai la semaine prochaine, je vous invite à prendre connaissance des documents du prezi et de notre site du RÉCIT. Vous pouvez les regarder tous si vous avez du temps. Plus réalistement, je vous enverrai un courriel afin de partager les liens afin qu’ensemble, nous ayons une bonne connaissance de l’ensemble du contenu.

Comme je voudrais vivre cette démarche en classe inversée (petite recherche de cohérence ici!), je vous invite à revenir ajouter vos commentaires et vos questions à la suite de cet article au fur et à mesure que vous prendrez connaissance des informations. Nous amorcerons notre coconstruction à propos de la classe inversée à partir de ces questions et commentaires.

 

Capture d’écran 2014-01-23 à 21.01.42Le site www.recitus.qc.ca était très utile dans mon enseignement. Aujourd’hui, en formation avec Steve Quirion du RÉCIT national, j’ai constaté qu’il s’est encore bonifié. Nous avons traité de construction de concept avec des enseignants. Les exemples fournis dans la section Nos formations TIC ont permis de voir des façons d’utiliser le TNI d’une façon pertinente sans perdre un temps fou à préparer des activités jolies et interactives. Nous étions plus dans la pertinence de l’enseignement-apprentissage que dans la présentation qui fait réagir mais qui ne laisse pas de trace dans la mémoire. Je vous invite à aller y faire un tour. Attardez-vous spécialement dans la section sur la démocratie. Une activité Smart avec des exemples oui-non y est présentée.

Nous avons aussi fait un détour vers des outils comme Popplet (organisateurs graphiques dans lesquels on peut intégrer de la vidéo et des images) et Prezi (un genre de Power Point plus dynamique). Je les ai redécouverts et ils me semblent y voir un plus grand potentiel et une facilité de préparation évidente.

Le défi de départ était de me retrouver dans une école, loin des autres professionnelles à la pédagogie du primaire. Nous sommes maintenant 2 à 2 dans des écoles différentes. Finie la facilité de la proximité qui permet plus facilement les échanges quotidiens et la complémentarité des ressources humaines. Il me fallait m’adapter. J’ai fait tout ce que je pouvais. Ma collègue et moi n’avons eu parfois qu’une demi-journée ensemble à notre bureau en un mois. Dans une tâche de conseillère pédagogique multidisciplinaire, nous avons un besoin très grand de collaboration. Je ne peux pas me nourrir sur tous les sujets et j’ai besoin des autres.  C’était donc un élément difficile à vivre.

Par contre, j’ai vécu des moments très intéressants dans mes écoles. Je suis heureuse d’avoir un peu plus forcé la main des enseignants en leur offrant des planifications de rencontres incluant des temps d’accompagnement en classe. Je suis allée dans toutes les classes de 4 écoles sur les 5 qui me sont attribuées. Une enseignante d’expérience m’a nommé que le fait de vivre une expérimentation avec elle l’a forcée à plonger alors qu’autrement, elle aurait tardé à le faire. Je crois fondamentalement aux bienfaits de l’accompagnement en classe. Il s’agit que les enseignants réalisent qu’il est question ici de coconstruction. Que nous avançons ensemble en apprivoisant un changement. Que les changements ne se font pas en en parlant seulement. Que l’accompagnement est nécessaire pour réussir le processus de changement.

Les cours suivis cette année en conseillance pédagogique m’ont permis de progresser. Mme Louise Capra, fière d’une expérience de 50 ans dans le monde de l’éducation, m’a permis de créer mon propre modèle d’accompagnement en m’ancrant davantage dans les différents modèles d’enseignement-apprentissage et en me rappelant les influences que j’ai eues dans mon cheminement. J’ai puisé des éléments pertinents dans son livre Accompagner l’enseignant dans son parcours professionnel et dans Modèles d’enseignement et théories d’apprentissage, de la pratique à la théorie.  M. Gilles Turcotte, de son côté, m’a permis de bien comprendre tout le processus d’un changement, en analysant et en tentant de bonifier mes pratiques à l’aide du dernier livre de Pierre Collerette, Le pilotage du changement. Mon équipe de professionnelles a le mandat de lire ce livre et nous créerons des cercles de lecture afin d’en retirer le plus pertinent pour notre démarche d’implantation du Référentiel en lecture chez les 10-15 ans. Je partagerai aussi avec les directions en début d’année prochaine, ce qui pourra être utile dans la planification de mes rencontres avec les enseignants.

J’ai déjà hâte à l’an deux où nous aborderons en profondeur le concept de communautés d’apprentissage.

Cette année, j’ai cheminé avec les enseignants en apprivoisant particulièrement les entretiens de lecture. Je suis partie de la lecture de la Méthode Café. J’ai adapté mon canevas d’entretiens avec le Référentiel en lecture pour les 10-15 ans et la Trousse d’intervention appuyée par la recherche et avec le dernier livre de Jocelyne Giasson, La lecture, apprentissage et difficultés. Nous avons bâti un canevas d’entretiens du genre «buffet à volonté», selon que les enseignants voulaient travailler les 4 dimensions de la lecture, l’utilisation des stratégies de lecture ou si les entretiens servaient à dépister les forces et les défis des élèves. Il reste à aller encore un peu plus loin pour mieux exploiter le rappel de l’histoire et aller chercher des informations plus précises sur la compréhension. Ce sera le mandat pour le début de l’année prochaine.

Deux grandes fiertés me viennent de l’accompagnement que j’ai fait avec l’ équipe TIC de l’école Marie-Renouard et d’une communauté d’enseignants intéressés par le Ipad au service des apprentissages. Nous avons réfléchi à propos de la technologie vs la pédagogie, nous avons apprivoisé et utilisé Twitter, Pearltrees, Glogster, epad, le journal dialogué avec Voki, les organisateurs graphiques sur papier (pour l’instant), l’enregistrement de la lecture pour améliorer la fluidité. Nous avons amorcé le travail sur le blogue et nous poursuivrons l’an prochain. Marc, un enseignant impliqué dans ces démarches, a écrit «Nous voulons prendre le temps de vous remercier pour le travail fait avec nous cette année.  Grâce à votre collaboration, la concentration informatique n’a jamais évoluée autant en si peu de temps.» Un petit velours!

Je me suis vraiment amusée à vivre des expériences avec les enseignants. Je rentrais dans les écoles et les enfants avaient hâte de savoir si c’était dans leur classe que je me rendais. À Marie-Renouard, je me suis fait appelée Mme Lecture au 1er étage et rendue au 2e, des élèves me reconnaissaient sans trop se rappeler où ils m’avaient vue. Jusqu’à ce que l’un d’entre eux s’exclame: «Ben oui, tu le sais, c’est Mme Twitter!» Deux noms en 2 minutes… je rigolais à les entendre.

Un autre bel évènement: Clair 2013. L’an passé, nous y sommes allés à trois. Cette année, nous étions 13! Une belle délégation! De belles prises de conscience! Les retombées arriveront sous peu je crois.

J’ai aussi participé au Edcamp Québec, en mai. Formule drôlement intéressante que ce BarCamp où les participants ont un grand rôle à jouer car ce sont eux en grande partie qui offrent le contenu de la journée. Une super organisation qui m’a fait connaitre Protic et le ChromeBook par exemple.

Des lectures qui m’ont allumée?

– Le livre de Giasson nommé plus haut

– Les centres de littératie et de mathématique

L’enseignement des mathématiques, L’élève au centre de ses apprentissages de Van de Walle, 2e tome.

– Le Référentiel en lecture pour les 10-15 ans, nommé plus haut aussi. Ils démontrent chacun de leur côté, toute l’importance de l’enseignement explicite des stratégies.

– En complément, je viens d’écouter des DVD liés au Continuum en lecture. Les exemples d’entretiens, de cercles de lecture, de groupes d’experts, de planification et de réalisation d’un projet signifiant lié à la littérature jeunesse sont vraiment bien faits. Les enseignantes filmées sont de véritables modèles pour les autres. Bravo! Demandez aux conseillers pédagogiques de vous les montrer.

Je me suis encore nourrie sur Twitter et la communauté Les TIC en éducation de Facebook a enrichi mon bagage aussi. Ce que j’aime les médias sociaux dans ce qu’ils ont de positif à apporter! Tout ce partage! Tout ce questionnement soumis à la communauté! C’est vraiment beau!

Finalement, je suis heureuse d’avoir pu être juge aux 2 concours de twittérature du primaire, celui de Québec et celui de Bordeaux. J’y ai lu des petites perles!

Mon constat général: faire confiance au potentiel de chacun, grands et petits! Prendre soin du SEP, ce fameux sentiment d’efficacité personnelle! Il donne des ailes!

Il m’arrive régulièrement de référer des enseignants à ces femmes qui déposent leurs bonnes idées et leurs réflexions. Je crois donc pertinent de faire un lien ici vers ces deux belles ressources. Particulièrement pour ceux et celles qui veulent améliorer leurs pratiques en lecture et en écriture. Ces deux enseignantes ont expérimenté les 5 au quotidien et La méthode Café et elles y ont mis leur couleur.

http://laclassedezazou.eklablog.com/

http://classedemadamebernice.blogspot.ca/Image

Voici une vidéo dans laquelle on remarque des gestes de bonté très simples, du quotidien. Mais remarquez, il y a toujours un témoin. Et c’est une chaine. Je remarque un beau geste, j’en pose un à mon tour. Donnez au suivant. Je trouve toujours ça touchant. Pourtant, ce sont des gestes ultra simples…

Et à la fin, le jeune fait oeuvre de leader. Ça complète bien mon autre vidéo du danseur! Même un des jeunes graffiteurs s’implique. J’aime!